Site A.T.L.A.N.T.I.C-83
COURS = Comprendre internet (Chapitre_7) - VERSION: 1.0 (M.A.J: 19/06/10)
- AUTEUR(s): Bernard GIACOMONI
Ecran large mobile
Retour
sommaire cours

VII.LES SERVICES DU NIVEAU APPLICATIF:


VII.1.NAVIGATION SUR LE WEB:


VII.1.1.DEFINITIONS:

Le terme familier NAVIGUER SUR LE WEB s'applique au fait de consulter le contenu de certaines des PAGES WEB accessibles sur le rseau internet en les affichant sur l'cran du terminal que l'on utilise, soit dans un but bien prcis, soit sans objectif dfini, avec pour simple motivation la curiosit.
Chaque utilisateur peut constater qu'il existe au moins trois manires diffrentes de "NAVIGUER SUR LE WEB":
  • Une manire que l'on peut qualifier de DETERMINISTE, caractrise par le fait que l'usager fournit directement son navigateur l'U.R.L. de la page qu'il veut consulter, soit en saisissant directement cette U.R.L., soit en utilisant le mcanisme des FAVORIS).
  • Une autre manire que l'on peut qualifier d'ALEATOIRE dans lequel l'usager accde diffrentes pages web en activant des HYPERLIENS lis aux objets graphiques qu'il rencontre dans ces pages, au fil de sa recherche.
  • Enfin, une manire que nous appellerons THEMATIQUE dans lequel l'usager fait appel des mcanismes particuliers appels MOTEURS DE RECHERCHE pour slectionner les pages web correspondant ses critres de recherche.

VII.1.2.FONCTIONNEMENT DE BASE:

Naviguer sur le web ncessite l'utilisation d'un type de logiciel bien particulier, que l'on appelle opportunment NAVIGATEUR en franais (ou BROWSER en anglais). Comme nous l'avons vu prcdemment, la communication sur internet se fait toujours entre deux processus logiciels: un NAVIGATEUR est fait pour communiquer avec un autre type de logiciel appel SERVEUR WEB, suivant, bien sr, le schma de communication CLIENT-SERVEUR (un NAVIGATEUR est donc un CLIENT WEB).
Le schma ci-dessous illustre la communication entre un CLIENT WEB et un SERVEUR WEB:


Mecanisme de consultation des pages Web
COMMENTAIRES SUR LE SCHEMA:
  • Pour consulter une page web particulire, l'utilisateur doit rapatrier dans son terminal le contenu de cette page (qui n'est autre qu'un fichier hberg par un hte du web), afin de l'afficher sur son cran.
  • Pour ce faire, le navigateur envoie vers l'hte qui hberge cette page une requte particulire (demande d'envoi page web xxx), contenant galement un certain nombre d'arguments d'appel. Pour que ce traitement puisse aboutir, il faut que l'hte hbergeur soit muni d'un logiciel SERVEUR WEB, capable d'interprter et de satisfaire ce type de requte.
  • En rponse la requte du client web (navigateur), le serveur web renvoie vers celui-ci le contenu de la page web demande (page web xxx), ventuellement modifi en fonction de la valeur des arguments contenus dans la requte.
  • Le navigateur peut alors afficher le contenu de la page web reue dans sa fentre d'affichage.

Les informations contenues dans les requtes expdies comprennent essentiellement:
  • L'URL de la page web demande.
  • Le type de la requte (il en existe plusieurs types).
  • Des donnes lies au type de la requte.
L'URL de la page web demande comprend:
  • Le nom de domaine du site web auquel la page appartient.
  • Le chemin d'accs la page web partir de la racine du site.
  • Dans la partie donnes optionnelles, une liste d'arguments d'appel: ce sont eux qui vont permettre de customiser le contenu de la page web avant d'envoyer celui-ci au client, permettant ainsi de crer des pages interactives.
L'envoi des requtes est dclench par les actions de l'utilisateur sur l'interface du navigateur. Une requte d'appel de page web peut ainsi rsulter des actions suivantes:
  • Saisie de l'URL de la page dans la BARRE D'ADRESSES du navigateur (suivie d'un appui sur ENTREE).
  • Activation d'un HYPERLIEN inclus dans la pages web affiche dans la fentre du navigateur (au moyen du classique double-clic).
  • Activation d'autres objets graphiques que sont les boutons de type SUBMIT des FORMULAIRES inclus dans la page affiche. Comme les hyperliens , les boutons SUBMIT (validation et envoi des valeurs saisies dans le formulaire) sont associs l'U.R.L. d'une page web.
  • Double-clic sur un FAVORIS (un favoris n'est autre qu'un hyperlien).
  • D'autres actions peuvent galement dclencher indirectement l'envoi de requtes d'appel de pages.

VII.1.3.STRUCTURE ET CONTENU D'UNE PAGE WEB:

Une page web reue par un navigateur est un fichier de texte. Ceci signifie qu'il ne contient que des CARACTERES, affichables ou non sur l'cran. Ce texte dcrit dans un langage particulier le CONTENU TEXTUEL OU GRAPHIQUE et l'ASPECT (disposition, taille et police de caractres, couleurs, etc.) de la page web afficher sur l'cran.

VII.1.3.1.LANGAGE HTML:

Le langage utilis pour dcrire la structure et le contenu d'une page web est appel Hyper Text Markup Language (H.T.M.L). Les principales caractristiques de ce langage sont qu'il utilise des entits appeles BALISES (MARKUP en anglais) et qu'il permet de dfinir des HYPERLIENS renvoyant d'autres documents situs sur le net. Le parcours du lecteur s'effectue donc dans trois dimensions: les deux dimensions de la page en cours et la troisime "dimension" matrialise par les hyperliens (C'est l probablement que rside la justification de l'appellation hypertexte).


Notion de balise:
Une balise se prsente sous la forme d'une chanes de caractres dlimite par des "chevrons" ouvrants et fermants. La chane comprise entre les "chevrons" < et > comprend obligatoirement le NOM correspondant au TYPE de la balise, mais peut aussi inclure divers paramtres permettant de prciser le rle de la balise, suivant le schma gnral suivant:


<[type de balise] [nom paramtre 1]=["valeur paramtre 1"]
[nom paramtre 2]=["valeur paramtre 2"...nom paramtre n]=["valeur paramtre n"]>


EXEMPLE I:
< img src="http://www.atlantic-83.fr/SiteAtlantic/images/Cote.jpg" /> est une balise de type "IMG" (image). Elle permet d'inclure dans le document l'image dont l'U.R.L. est dfinie par l'initialisation du paramtre "SRC" avec la chane de caractres: "http://www.atlantic-83.fr/SiteAtlantic/images/Cote.jpg".


EXEMPLE II:
< p class="TypeParagraphe1"> dlimite le dbut d'un paragraphe de texte dont les attributs d'affichage (police de caractre, taille, couleur de ces caractres, etc.) sont dfinis par le "style" appel "TypeParagraphe1" (dfini lui-mme dans une "feuille de style", mais celles-ci ne sont pas abortes dans ce cours).


Balises ouvrantes et fermantes:
La plupart des balises vont par paires, car elles sont destines agir sur un segment du contenu affichable (texte, image, vido) qui compose le document. Une balise dite "ouvrante" dlimite le dbut du segment, alors que l'autre balise (dite "fermante"), dlimite la fin de ce segment.


EXEMPLE:
Les balises < p class="TypeParagraphe1"> et < /p> dlimitent le dbut et la fin d'un paragraphe de texte de style "TypeParagraphe1".


Un couple de balises (ouvrante + fermante) peut dfinir un "bloc", c'est--dire une rgion de l'cran (en fait, un rectangle), ou bien simplement s'appliquer une chane de caractres. Lorsqu'il dfinit un bloc, les paramtres de la balise ouvrante (paramtres "class", "id", "style" ou autres) peuvent permettre de spcifier ses dimensions et sa position sur l'cran.


EXEMPLE:
Les balises < p style="position: absolute; top: 100px; left: 200px;">Paragraphe< /p> permettent de positionner un bloc contenant le mot "Paragraphe" 100 pixels par rapport au haut de l'cran et 200 pixels par rapport la gauche de celui-ci.


Un couple de balises ouvrantes et fermantes peut lui-mme contenir d'autre balises. Le systme des balises permet donc de dcrire les contenus sous une forme arborescente.


Balises singulires:
Certaines balises ne vont pas par couple. C'est par exemple le cas de la balise < img > (inclusion d'images) que nous avons vue plus haut. C'est aussi le cas de la balise < br /> qui permet d'inclure un retour la ligne dans le texte affich.


Quelques balises remarquables:
L'utilisation du langage HTLM n'entre pas dans le cadre du prsent document. La description des balises suivantes n'est donne que pour matrialiser un peu dans l'esprit du lecteur la notion de page web et de document HTML. Dans le paragraphe suivant, un exemple simple de page web utilisant ces balises sera donn.


FORMEFONCTION
< !doctype ....> Dfinit la version de langage utilise.
< html > ... < / html > Dlimite le dbut et la fin d'un document HTML
< head> ... < / head > Dlimite le dbut et la fin de l'en-tte d'une page HTML. Le contenu de l'en-tte n'est normalement pas affichable: son rle est de dfinir divers paramtres destins tre exploits par les navigateurs , les moteurs de recherche, etc. (balises < meta >). On peut y trouver galement le couple < title >< / title > qui permet de prciser le nom de la page web .
< body > ... < / body > Dlimite le dbut et la fin de la partie affichable du document.
< p > ... < / p > Dlimite le dbut et la fin d'un paragraphe de texte.
< img src="...." /> Permet d'inclure une image dans le document.
< div > ... < / div > Dlimite un bloc d'affichage (rectangle) sur le contenu duquel lequel on pourra appliquer des attributs de style, de positionnement, etc.
< br /> Permet de passer la ligne dans un texte.
< span > ... < / span > Dlimite un segment de texte sur le contenu duquel lequel on pourra appliquer des attributs de style.

VII.1.3.2.STRUCTURE GENERALE D'UNE PAGE WEB RECUE PAR UN NAVIGATEUR:

Lorsqu'elle est reue par un navigateur, une page HTML prsente en gnral la structure suivante:


Structure gnrale d'une page HTML
Cette structure peut tre reprsente graphiquement sous la forme d'une arborescence dont les noeuds sont les principales balises imbriques les unes dans les autres:


Structure arborescente d'une page web


REMARQUE:
Cette reprsentation sous forme arborescente est la base du DOCUMENT OBJECT MODEL, qui tend dcrire une page web sous la forme d'une imbrication d'OBJETS, chacun de ces objets possdant des ATTRIBUTS (contenu, position, couleur, etc.).


VII.1.4.LE PROTOCOLE HTTP:

Pour communiquer entre eux, clients et serveurs web utilisent un protocole spcial appel Hyper Text Transfer Protocol (H.T.T.P). C'est le protocole HTTP qui dfinit le format des requtes d'appel de pages web effectues par les navigateurs et celui des rponses correspondantes adresses par les serveurs web aux clients. Le protocole HTTP dfinit galement d'autres requtes permettant de contrler le dialogue entre clients et serveur.


Avant la transmission, les requtes et rponses HTTP sont encapsules par le niveau applicatif dans des messages au format TCT/IP, qui sont eux-mmes transmis suivant les modalits de ce protocole. Pour crer ces messages TCP/IP, il est indispensable de connatre l'adresse IP du destinataire des messages. De ce fait, les navigateurs doivent faire appel au mcanisme du Domain Name Server, afin de convertir le nom de domaine contenu dans l'URL en adresse IP.


A l'arrive, les requtes et rponses HTTP sont extraites des messages TCP-IP pour tre interprtes par le niveau applicatif.


Un SERVEUR WEB est donc (au minimum) un SERVEUR HTTP, tandis qu'un NAVIGATEUR est (au minimum) un CLIENT HTTP.


NOTA:
Les personnes dsireuses d'approfondir ces mcanismes peuvent consulter l'ouvrage: Reseaux Informatiques, dans la rubrique rseaux de la documentation en ligne du site ATLANTIC.

VII.1.5.NOTION DE SITE WEB:

DEFINITION:

Un SITE WEB est constitu par un ensemble COHERENT et ORGANISE de PAGES WEB, hberges et contrles par un serveur web, et SE PARTAGEANT un certain nombre de RESSOURCES (fichiers de donnes, bases de donnes, etc.).


En effet, pour qu'un ensemble de PAGES WEB constituent un SITE WEB, il est indispensable que la conception globale de cet ensemble prenne en compte certaines exigences spcifiques. Celles-ci dpendent en partie d'impratifs techniques et ergonomiques gnraux, mais aussi de la destination du site. Elles concernent (au moins) les domaines suivants:
  • L'aspect gnral et l'accessibilit (en particulier, la "charte graphique" du site).
  • Le contrle de l'accs au site (gestion et contrle des droits d'accs des visiteurs).
  • La navigation l'intrieur de ses pages web (ergonomie d'utilisation).
  • Le contrle des accs aux ressources partages.
Remarquons qu'une PAGE WEB hberge par un serveur n'est pas forcment un DOCUMENT HTML (fichier texte HTML). En effet, nous avons vu plus haut que lors de la transmission d'une page web un client, le serveur pouvait transformer le contenu de cette page web en fonction des paramtres d'appel contenus dans la requte du client: en fait, dans ce cas, la page web contient, en plus du code HTML, un autre type de code qui, interprt par des logiciels appels PREPROCESSEURS, permet d'adapter le code HTML de la page (supprimer ou modifier ce code ou en crer du nouveau) en fonction de la valeur de ces paramtres, avant d'expdier cette page vers le client: c'est ce mcanisme qui permet de rendre un site INTERACTIF. Un des codes de prprocesseurs les plus utiliss est le P.H.P. (acronyme approximatif de Hypertext Pre Processor).


Remarquons galement qu'une fois la page web traite par le prprocesseur, celle-ci se trouve dbarrasse du code de prprocesseur: c'est donc bien un document HTML qui est expdi vers le client.

HEBERGEMENT:

Pour pouvoir tre consult, un site web doit tre hberg par un hte internet (un ordinateur) muni d'un logiciel serveur (serveur HTTP). Actuellement, le plus rpandu de ces logiciels est le produit libre APACHE. Le serveur d'un hte donn peut grer l'accs un ou plusieurs sites web hbergs par son hte.

ACCES A UN SITE WEB:

A un site web doit tre associ un nom de domaine (ou de sous-domaine). En effet, la requte d'appel la page portail d'un site se fait en spcifiant uniquement son nom de domaine, sans ajouter de chemin d'accs une page. Par exemple, pour ouvrir la page portail du site ATLANTIC, il suffit de spcifier le nom de domaine du site: www.atlantic-83.fr sans indication sur la page ouvrir. C'est le serveur qui aiguillera la demande vers la page portail (dont l'URL est: www.atlantic-83.fr/index.php).

HEBERGEMENT COLLECTIF-NOTION D'HOTE VIRTUEL:

Nous avons vu dans les paragraphes prcdents qu'un nom de domaine doit correspondre un ordinateur ou un groupe d'ordinateurs. Or, nous avons vu galement ci-dessus qu'un hte physique pouvait hberger plusieurs sites, ce qui semble contradictoire. Cette difficult est rsolue de la manire suivante:


Lorsque plusieurs sites sont hbergs par un mme ordinateur, chacun de ces sites se voit tout de mme attribuer un nom de domaine, correspondant un HTE VIRTUEL (VIRTUAL HOSTen anglais). Les requtes destines aux diffrents sites hbergs par l'hte physique sont adresses la mme adresse IP. Le logiciel serveur se charge d'aiguiller ces requtes vers les htes virtuels correspondant chaque site.


La technique des htes virtuels permet donc d'hberger plusieurs sites sur une mme machine serveuse, offrant ainsi des hbergements cut rduit.

VII.1.6.NOTION DE MOTEUR DE RECHERCHE:

Un MOTEUR DE RECHERCHE est un logiciel permettant de rechercher sur le net des pages web dont le contenu est susceptible d'aborder un sujet donn.


Concrtement, un moteur de recherche analyse le contenu des pages web afin d'y dtecter des MOTS CLEF. En fonction de l'ordre dans lequel ces mots clef lui ont t communiqus et du nombre doccurrences trouves dans les pages web, celles-ci sont classes, puis prsentes sous la forme d'une liste.


Les moteurs de recherche sont en gnral mis en oeuvre par des sites particuliers, tels que google, yahoo, etc. dont ils ne constituent par l'unique raison d'tre. Les mots-clefs sont saisis par l'utilisateur, puis le moteur de recherche est activ. Les rsultats sont prsentes sous la forme d'une ou plusieurs pages web contenant une liste de liens (chaque lien correspondant un site trouv), accompagns d'informations trouves dans l'en-tte de ces pages.

VII.1.7.NOTION DE FAVORIS:

Un moyen d'accder facilement une page web donne est d'activer sur son cran un hyperlien vers cette page. Le mcanisme des favoris permet de crer la demande de tels hyperliens. A cet effet, les navigateurs sont munis de menus spciaux appels favoris (Internet Explorer), marque page (Firefox), etc. qui permettent de crer de tels hyperliens ou de visualiser les hyperliens crs afin de les utiliser.


En gnral, ces menus permettent de crer un hyperlien vers la page en cours d'affichage dans la fentre du navigateur. D'autres fonctions permettent de grer ces favoris (les organiser en rpertoires et sous rpertoires, les supprimer, les importer d'un autre navigateur, etc.).


VII.1.8.NOTION DE COOKIES:

Un COOKIE est un fichier qui peut tre cr sur votre disque dur par votre navigateur, lors de la manipulation d'une page web. Il est destin conserver un certain nombre de donnes (sur les sites que vous visitez, sur les rubriques que vous consultez dans ces sites, sur les informations que vous entrez dans les formulaires, etc.).


Lorsque vous vous connectez une page web, les informations contenue dans vos cookies peuvent tre lues par le serveur, qui peut les utiliser pour personnaliser les pages web qu'il vous renvoie. Il peut ainsi orienter votre navigation vers certaines rubriques ou certains sites. L'avantage est que votre navigation peut tre acclre, puisqu'on vous guide vers vos centres d'intrt. Les inconvnients sont la possibilit de manipulation de vos choix ou de collecte illgale d'informations, mais aussi la saturation de l'espace disque local et le ralentissement de la vitesse d'excution qui peuvent rsulter d'une trop grande accumulation de cookies.


Les navigateurs possdent tous un menu qui permet l'utilisateur d'effacer ces cookies ou mme d'interdire leur cration. Pour ne pas trop dgrader les performances de votre machine, il est recommand d'effacer les cookies intervalles rguliers.


VII.2.MESSAGERIE ELECTRONIQUE:


VII.2.1.DEFINITION:

La messagerie lectronique est le plus ancien service de niveau applicatif offert par internet. A l'origine, il s'agissait uniquement d'changer des MESSAGES DE TEXTES (appels MAILS en anglais, COURRIELS en franais) entre des htes d'internet. Le service s'est par la suite enrichi de la possibilit d'ATTACHER ces messages des PIECES JOINTES, qui peuvent tre des fichiers de tous types.

VII.2.2.MECANISME DE BASE:

VII.2.2.1.MAIL TRANSFER AGENT ET BOITE AUX LETTRES ELECTRONIQUES:

Le mcanisme de la messagerie lectronique est fond sur l'existence de serveurs particuliers appels Mail Transfer Agents ( M.T.A.) en anglais (que l'on peut traduire en franais par agents de transfert de courriel).


Les M.T.A hbergent des entits informatiques appeles BOITES AUX LETTRES ELECTRONIQUES ou, plus simplement, BOTES MAIL. Une BOITE MAIL permet de stocker les courriels destins un internaute donn, repr par un nom d'utilisateur assorti d'un mot de passe.

VII.2.2.2.RECEPTION D'UN MAIL PAR UN M.T.A:

La transmission d'un mail un M.T.A. s'effectue en utilisant le protocole S.M.T.P (Simple Mail Transfert Protocol). Ce protocole s'appuie lui-mme sur le protocole TCP/IP pour le transport des messages sur le web. Comme l'metteur d'un mail cible en fait une BOITE MAIL particulire hberge par un M.T.A., l'U.R.L. contenue dans le message comprendra non seulement le NOM DE DOMAINE du M.T.A., mais aussi le NOM DE L'UTILISATEUR de la bote mail cible. De ce fait, une ADRESSE MAIL aura le format suivant:
< nom d'utilisateur >@< nom de domaine >
(Exemple: napoleon.bonaparte@saintehelene.com)


RAPPEL:
dans une U.R.L., le caractre @ spare les identifiants de connexion de l'utilisateur associ l'U.R.L du nom de domaine. Une adresse mail n'est donc qu'une U.R.L. partielle.


Lorsqu'un M.T.A. reoit un courriel destin une bote mail qu'il hberge, il stocke ce mail dans celle-ci. Sinon, il rmet ce courriel vers un autre M.T.A. en utilisant le protocole S.M.T.P.

VII.2.2.3.EMISSION D'UN MAIL VERS SON DESTINATAIRE PAR UN M.T.A.:

Pour retirer un courriel d'une bote mail hberge par un M.T.A., il faut utiliser le protocole P.O.P. (Post Office Protocol). Un M.T.A. est donc un SERVEUR P.O.P. Lorsqu'un CLIENT P.O.P. envoie au M.T.A. une requte P.O.P. d'interrogation de sa bote mail, celui-ci lui rpond en lui renvoyant les courriels stocks dans cette bote. Le protocole P.O.P. comprend galement des requtes permettant la gestion par le client de sa bote mail (par exemple, suppression d'un mail en attente).

VII.2.3.MODALITES D'ACCES D'UN UTILISATEUR AU COURRIER ELECTRONIQUE:

VII.2.3.1.INTRODUCTION:

Pour un utilisateur d'internet, il existe deux manires d'accder au courrier lectronique:
  1. Par l'intermdiaire d'un CLIENT DE MESSAGERIE local.
  2. Par l'intermdiaire d'un WEBMAIL.

VII.2.3.2.ACCES PAR UN CLIENT DE MESSAGERIE LOCAL:

Dans ce cas, l'utilisateur accde la messagerie par l'intermdiaire d'un programme charg dans son poste internet. Il s'agit d'un CLIENT DE MESSAGERIE (par exemple: OUTLOOK, sous WINDOWS). Un CLIENT DE MESSAGERIE est la fois un CLIENT S.M.T.P et un CLIENT P.O.P. Il est donc capable:
  • D'une part de transmettre un courriel au M.T.A. de son domaine.
  • D'autre part d'envoyer au M.T.A. de son domaine une requte d'interrogation de sa bote mail, puis de rcuprer les courriels en attente dans sa bote.
  • Enfin, de grer le contenu de sa bote mail par l'intermdiaire des requtes P.O.P. adquates.
Le mcanisme d'utilisation du courrier lectronique par l'intermdiaire d'un client de messagerie correspond au schma suivant:


Fonctionnement d'un client de messagerie
COMMENTAIRES SUR LE SCHEMA:
  • Dans ce schema, le poste utilisateur de gauche (utilisateur emi) veut mettre un courriel vers la bote de messagerie de l'utilisateur rec (poste utilisateur de droite). Pour cela, il adresse une requte S.M.T.P. contenant ce courriel et l'adresse mail du destinataire ( rec@d2 ) au M.T.A. de son domaine (d1).
  • A la rception de ce message, le M.T.A. du domaine d1 analyse l'adresse mail du destinataire. Il en dduit que la bote mail de rec n'est pas hberge chez lui. Il route donc la requte S.M.T.P. vers le M.T.A. du domaine d2.
  • A la rception de la requte, le M.T.A. du domaine D2 dtecte qu'elle est adresse une bote mail qu'il hberge. Il va donc placer le courriel dans cette bote.
  • Lorsque l'utilisateur rec dsire consulter ses courriels, il envoie au M.T.A. qui hberge sa bote mail (M.T.A. du domaine D2), une requte P.O.P. de demande d'envoi des courriels en attente.
  • En rponse, le M.T.A. du domaine D2 lui transmet les courriels en attente dans sa bote mail.

VII.2.3.3.ACCES PAR UN WEBMAIL:

Dans ce cas, l'utilisateur accde la messagerie par son NAVIGATEUR, en se connectant un type de site web particulier appel WEBMAIL (GMAIL est un exemple de webmail).


Comme un CLIENT DE MESSAGERIE, un WEBMAIL est la fois un CLIENT S.M.T.P et un CLIENT P.O.P. Il est donc capable:
  • D'une part de transmettre au M.T.A. de son domaine les courriels saisis par ses visiteurs sur leur navigateur.
  • D'autre part d'envoyer au M.T.A. de son domaine une requte d'interrogation de la bote mail d'un visiteur, lorsque celui-ci active cette fonction sur son navigateur, puis de rcuprer les courriels en attente et de les afficher sur le navigateur du visiteur.
  • Enfin, de permettre un visiteur de grer le contenu de sa bote mail partir de son navigateur. Les commandes de gestion actives par le navigateur du visiteur sont transformes en requtes P.O.P.
Le mcanisme d'utilisation du courrier lectronique par l'intermdiaire d'un client de messagerie correspond au schma suivant:


Fonctionnement d'un webmail

COMMENTAIRES SUR LE SCHEMA:
  • Dans ce schema, comme dans le prcdent, le poste utilisateur de gauche (utilisateur emi) veut mettre un courriel vers la bote de messagerie de l'utilisateur rec (poste utilisateur de droite). Pour cela, il se connecte un site webmail sur lequel il s'est cr une bote mail (webmail n1), puis il cre le courriel et commande son envoi vers le destinataire par l'intermdiaire d'un formulaire offert par le site.
  • Le site webmail adresse alors au M.T.A. de son domaine (d1) une requte S.M.T.P. contenant ce courriel et l'adresse mail du destinataire (rec@d2).
  • A la rception de ce message, le M.T.A. du domaine d1 analyse l'adresse mail du destinataire. Il en dduit que la bote mail de rec n'est pas hberge chez lui. Il route donc la requte S.M.T.P. vers le M.T.A. du domaine d2.
  • A la rception de la requte, le M.T.A. du domaine D2 dtecte qu'elle est adresse une bote mail qu'il hberge. Il va donc placer le courriel dans cette bote.
  • Lorsque l'utilisateur rec dsire consulter ses courriels, il se connecte au site webmail qui gre sa bote aux lettres (site webmail n 2, qui peut tre le mme que le premier) et demande consulter ses courriels en attente par l'intermdiaire d'un formulaire offert par le site.
  • Le webmail n 2 envoie alors au M.T.A. qui hberge la bote mail de rec (M.T.A. du domaine D2), une requte P.O.P. de demande d'envoi des courriels en attente.
  • En rponse, le M.T.A. du domaine D2 transmet au site les courriels en attente dans sa bote mail. Le site peut alors les afficher dans une page web destination de rec.

Retour accs cours Retour sommaire cours